Loi 20
Rappels et explications
des déclarations
A. Déclaration non clairement perçue 
Un joueur ayant un doute quant à une déclaration faite peut immédiatement demander qu’elle soit répétée. 
B. Rappel des annonces durant la période des annonces 
Durant la période des annonces, un joueur est en droit de se faire répéter* toutes les déclarations précédentes à son tour de déclarer, à moins que la Loi ne l’oblige à passer. Les alertes devraient être incluses dans la répétition des déclarations. Un joueur n’a le droit ni de demander un rappel partiel des déclarations précédentes ni d’arrêter le rappel avant qu’il soit terminé. 
C. Rappel après le Passe final
 1. Après le Passe final, chaque joueur de la défense a le droit de demander si c’est à lui d’entamer (voir Lois 47 E et 41). 
2. Le déclarant** ou n’importe quel joueur de la défense peut, à son premier tour de jouer, exiger que toutes les déclarations précédentes lui soient répétées* (voir Lois 41B et 41C). Comme en B cidessus, le joueur n’a le droit ni de demander un rappel partiel ni d’arrêter ce rappel. 
D. Qui peut rappeler les annonces 
Seul un adversaire a le droit de répondre à une demande de rappel* des annonces. 
E. Correction d’une erreur dans le rappel 
Tous les joueurs, y compris le mort ou un joueur obligé par la Loi de passer, ont la responsabilité de corriger immédiatement des erreurs dans un rappel* des annonces (Voir Loi 12C1 lorsqu’un rappel non corrigé des annonces cause un dommage). 
F. Explication des déclarations.
1. Pendant les annonces et avant le Passe final, tout joueur peut, mais uniquement à son tour de déclarer, demander une explication des annonces précédentes des adversaires. Il est en droit de se renseigner sur : - des déclarations effectivement faites, - des déclarations possibles dans ce cas mais non faites, * Quand les annonces ne sont pas faites de vive voix, il faut s’assurer en répondant aux questions d’un adversaire qu’il a bien connaissance des annonces faites. ** Le premier tour de jouer du déclarant est du mort à moins qu’il n’accepte une entame hors tour. 29 - les inférences du choix exercé quand elles résultent d’une entente entre partenaires. Sauf demande contraire de l’arbitre, les réponses devraient être données par le partenaire du joueur qui a fait la déclaration concernée. Le partenaire d’un joueur posant une question n’a pas le droit de poser de question supplémentaire avant son tour de déclarer ou de jouer. La Loi 16 peut être appliquée et l’organisme responsable peut établir des règlements pour que les explications soient écrites* . 
2. Après le Passe final et pendant toute la période du jeu de la carte, n’importe quel joueur (sauf le mort) est autorisé à son propre tour de jouer (de sa main ou du mort pour le déclarant) à demander des explications sur les annonces adverses. De plus, le déclarant peut demander une explication sur les conventions du jeu de la carte de la défense. Les explications devraient être données conformément au paragraphe 1 ci-dessus et par le partenaire du joueur dont l’action est expliquée. 
3. Conformément à 1 et 2 ci-dessus un joueur peut se renseigner sur une seule déclaration mais la Loi 16B1 peut s’appliquer. 
4. Si par la suite un joueur réalise que sa propre explication était erronée ou incomplète, il doit appeler l’arbitre immédiatement. L’arbitre applique la Loi 21B ou la Loi 40B4. 
5. (a) Un joueur dont le partenaire a donné une explication erronée n’est pas autorisé à corriger cette erreur pendant les annonces et ne doit indiquer d’aucune manière qu’une erreur a été commise. Une « erreur d’explication » inclut ici un défaut d’alerte ou d’annonce requise par le règlement ou une alerte (ou annonce) que le règlement n’impose pas. 
 (b) Le joueur doit appeler l’arbitre et informer ses adversaires qu’à son avis, l’explication de son partenaire était erronée (voir Loi 75) mais seulement à la première possibilité légale, à savoir : (i) pour un joueur de la défense, à la fin du jeu (ii) pour le déclarant ou le mort, après le dernier Passe des annonces. 
6. Si l’arbitre juge qu’un joueur a fondé une action sur une information erronée donnée par un adversaire, voir, selon le cas, Loi 21 ou Loi 47E. G.Procédure incorrecte 
1. Il est inconvenant de poser une question dans le but d’en faire profiter le partenaire. 
2. A moins que l’organisme responsable ne l’autorise **, un joueur ne peut consulter ni sa propre feuille de conventions ni ses notes pendant les périodes des annonces et du jeu, mais voir Loi 40B2(b).
 * Pour la FFB, cette exigence n’existe que si des écrans sont utilisés.
 ** Ce n’est pas le cas de la FFB.

 

01
Texte


Texte
Note:Commentaires
Texte